• Arnaud Bloesch

Michel Despland "Merci à tous les arbitres"


Après 20 années passée à présider la Commission des Arbitres (CA), Michel Despland a laissé les reines du poste de président au 1er janvier 2017. Retour, avec beaucoup d’humilité, sur quelques traces de son immense parcours.

Michel, comment as-tu débuté dans l’arbitrage ? Mon père était également arbitre. J’ai naturellement été bercé par ses coups de sifflets aux abords des terrains. Après cela, on se pique au jeu et on endosse la responsabilité d’arbitre. Je n’ai par contre jamais été forcé par mon père. Par la suite, j’ai officié au niveau régional avant de m’attaquer à l’élite du football Suisse où j’ai officié jusqu’en Ligue Nationale A.

Quels est ton meilleur souvenir ? Une ½ finale de Coupe suisse Aarau – Lugano, avec à la clef un penalty décisif contre l’équipe locale. Une note de 10, je crois, attribuée par le Blick (rendez-vous compte)!


Que retiens-tu de tes 20 années passées à la CA ? Des souvenirs ? Je n’en retiens que de très bons, des lumineux. Toutes les personnes (arbitres surtout) que j’ai pu rencontrer lors de mon parcours sont des cadeaux. Jamais, à l’avenir, je ne rencontrerai de tels hommes et ne pourrai partager avec eux les émotions liées au football et à notre passion. Toutes les personnalités sont différentes : Ce qui nous fait constamment évoluer et réfléchir. Le football est une richesse et une culture immense. C’est donc principalement les relations d’homme-à-homme que je retiendrai.

Pas facile de conjuguer la vie destinée à l’arbitrage et celle privée ? Effectivement, le challenge est grand. Je passais plusieurs jours par semaine pour l’ACVF. Ce n’est pas rien d’orchestrer autant d’arbitres, de gérer tous les litiges, la paperasse administrative et tout le reste. En tant qu’enseignant, j’ai réussi à négocier des horaires me permettant de me libérer une journée entière par semaine. Des vacances plus généreuses et des horaires agréables m’ont permis de concilier ma deuxième fonction à l’enseignement. Mon épouse a également été d’une très grande aide. Au-delà de tout ce qu’e

lle a pu faire directement pour l’ACVF, c’est surtout la patience qu’elle a eue lorsque je me battais et m’enrageais pour défendre notre Service. Il est vrai que rares étaient les soirs où j’étais à la maison.

Une passion, en dehors du foot ? J’adore le cheval. Depuis de nombreuses années, je pratique le trot attelé. Ce sport me dépayse totalement du monde souvent ingrat du football et de ses critiques envers l’arbitrage. La communion avec l’animal est sacrée. Mes proches remarquent que je dégage beaucoup de joie au travers de mon passe-temps favori. C’est vrai, je m’y sens tellement bien (voir ci-dessous une archive du Journal d’Yverdon avec MD au premier plan).


Vidéo, pour ou contre ? Après mûre réflexion, je suis devenu pour. Par contre, la manière dont elle est utilisée aujourd’hui n’est pas encore optimale. Après que les officiels aient été formés en conséquence, le grand public doit également être sensibilisé à cette nouvelle technologie. Une vidéo bien expliquée est pour moi la clé d’un arbitrage moderne.

Un dernier mot ? Un immense et inconditionnel MERCI à tous les arbitres côtoyés pendant des décennies, pour tout ce qu’ils m’ont apporté. Ma reconnaissance, aussi, à tous les présidents centraux ACVF (4) lesquels m’ont supporté et pour leur soutien à la fonction d’arbitre.


105 vues

© 2019 - Sifflet d'Or ACVF - Chemin de Maillefer 35, 1052 Mont-sur-Lausanne - Tous droits réservés.