Des Pouilles à la Riviera, une vie consacrée à l’arbitrage

Déjà enfant, Emanuele De Luca n’entendait parler que d’arbitrage lors des réunions de familles. Son papa et son oncle ont respectivement arbitré en Série D et Série C italienne dans les années 1980-90. Alors, les soirs de foot, dans le sud de l’Italie, on ne parlait pas de la performance des joueurs, mais uniquement d’arbitrage.

Débuts en Italie

«Lorsque j’ai commencé l’arbitrage, je pesais 110kg! Mon père Giovanni a pris contact avec l’entraineur de l’équipe de foot du village et lui a dit: «mon fils va venir vous arbitrer». J’ai rapidement perdu 40kg», raconte fièrement Emanuele. Dès 18 ans, il dirige un trio et débute une progression rapide jusqu’au plus haut niveau régional.

Emanuele migre pour poursuivre les études alors dans la Plaine du Pô à Reggio Emilia. La saison suivante, il devient le meilleur arbitre de la région et ensuite vient promue au niveau national équivalent de la Promotion League en Suisse.


Promotion en 1ère ligue

Arrivé en Suisse à l’âge de 25 ans, l’accueil au sein de l’ACVF est agréable mais Emanuele doit recommencer depuis la base. C’est en Junior C qu’il débute. Naturellement, son talent est rapidement reconnu. Après avoir repris la direction de trios en 2e ligue et 2e inter, une opportunité d’atteindre la 1e ligue lui est donnée.

«J’ai dit à Jérôme Laperrière que j’avais encore envie de donner quelque chose au football et que l’envie d’atteindre l’échelon national me motivait». L’inspecteur de Super League vient le voir et le recommande à Sandro Schärer alors responsable de la Swiss Referee Academy. Lors de ce «match-test» à Lucerne, Emanuele sort un match parfait et rejoint la 1e ligue.

Place à la famille

Après trois saison dont deux en période COVID, les années passent, les intérêts changent. «Il y a aussi les jeunes qui arrivent, il faut leur laisser la place». Collaborateur du CIC clinique Montreux dans le service d’anesthésie en salle de réveil, les horaires sont difficiles. «Nous allons prochainement déménager à Villeneuve et accueillir un deuxième enfant en septembre». Alors oui, le temps des sacrifices pour le football arrive à son terme: «L’arbitrage va beaucoup me manquer, l’arbitrage c’est ma vie! En Italie et en Suisse, j’ai fait les plus belles rencontres de ma vie grâce au football. Merci beaucoup».


49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout