Laetitia Nuara, 1ère expérience internationale à Cardiff.

Laetitia, promue arbitre assistante-candidate 1ère ligue cet été, partage avec nous quelques-uns de ses souvenirs arbitrales.


Ton premier match en tant qu'assistante?

Servette FC M-18 vs Team Ticino M-18 en 2013, une Catastrophe!

J'étais tellement stressée que je n'étais pas alignée de tout le match, ma gestuelle était affreuse et je n'arrivais pas à communiquer avec mon arbitre. Ma note de coaching n'était pas géniale ce jour-là. Heureusement, il y a eu du progrès depuis!


Quels sont les highlights de ta carrière arbitrale?

Je dirais mon premier match international en 2017, ma participation au CORE 38 de l'UEFA en 2018 et la finale de la coupe suisse féminine en 2019 avec Déborah.


Raconte-nous ton premier match international

Environ un mois avant le match, je reçois un appel me demandant si je suis disponible du 23 au 25 novembre 2017. Je réponds que oui. Quelques heures plus tard, je reçois ma convocation pour un match de Qualification pour la Coupe du Monde 2019 féminine entre l'équipe A du Pays de Galles et celle du Kazazhstan, à Cardiff. Je m'attendais à un match amical M-17 ou M-19 à l'étranger mais pas à ça, c'était une magnifique surprise!


La veille du match était dédiée au voyage en avion jusqu'à la ville hôte, à un entraînement à l'hôtel et à la discussion d'avant-match suivi d'un repas en commun avec les coachs et accompagnants, soit généralement 8 personnes. Le jour du match était plus tranquille. Nous avons pu visiter Cardiff et nous reposer avant de partir pour le stade. Un fois sur place, on sent l'adrénaline qui monte, c'est bon signe généralement. C'est une dynamique différente d'un match à la région. Il y a le système de communication, les enjeux du matchs, la taille du stade, tout est différent, mais une fois le coup d'envoi sifflé, c'est parti pour 90 minutes incroyables et on est focalisé sur le jeu. De retour à l'hôtel après le match, on a échangé avec la coach sur quelques scènes et on a partagé à nouveau un repas tous ensemble. Que de bons souvenirs.


Qu'est-ce que le CORE? (UEFA Centre of Refereeing Excellence)

Il s'agit d'une formation pratique et théorique, au siège de l'UEFA à Nyon, qui permet à de jeunes arbitres et assistants prometteurs de découvrir les attentes du niveau élite. Chaque CORE est composé de 8 trios des quatre coins de l'Europe avec des niveaux de jeu différents afin de pouvoir échanger sur les différentes façons de vivre, d'être et d'arbitrer.

Le programme se compose en 2 parties, espacées de 5 mois; Le cours d'Introduction et le cours de Consolidation. Chaque trio se voit attribuer un coach physique et technique avec qui chacun se fixera des objectifs et échangera tout au long de la formation.


Le Cours d'Introduction dure 10 jours. Il y a le check médical avec la prise de poids et de graisse, des entraînements physiques structurés selon les différents besoins de la fonction d'arbitre (sessions de sprints, récupération, haute/basse intensité, prévention des blessures, flexibilité,...), un Yo-yo test, différents exercices sur le Hors-Jeu, le style de course, les prises de décisions et, évidement, un match avec analyse vidéo en Suisse ou en France. Le cours de Consolidation, environ 5 mois plus tard, dure 7 jours. Les mêmes tests physiques sont réalisés afin d'observer l'évolution de chaque participant. Entre les 2 cours, les arbitres continuent à s'entraîner dans leurs pays respectifs, tout en variant les sessions afin d'être au top de leur forme. Chaque mois, un rapport d'entraînement est envoyé au coach physique qui commente et ajuste les sessions de chacun.


Quels souvenirs en gardes-tu?

C'était une expérience incroyablement enrichissante.

J'étais avec 6 trios masculins qui officient dans la 1ère ou 2ème division de leurs pays respectif et avec un trio féminin de Suède. Nous étions encadrés par des pointures de l'arbitrage. Avec ma qualification de "simple" 2ème ligue inter, c'est fou de se dire que je sois là à échanger avec eux et à recevoir leurs commentaires et conseils.


Prendre part au CORE, signifier également s'entraîner comme un arbitre élite et passer de 2 à 6 entraînements (minimum) par semaines. Mentalement, c'était compliqué, il m'a fallu revoir mon équilibre entre ma vie professionnelle, arbitrale et privée et il fallu le faire pendant 5 mois!

J'ai été victime d'une petite commotion durant mon match lors du cours de consolidation. Cela m'a empêché de prendre part aux tests physiques et je n'ai pas pu voir mon amélioration durant ces 5 mois. J'ai un léger goût d'amertume.


Que dirais-tu à la jeune génération ou à toute personne qui hésiterait à devenir arbitre ou assistant ?

"Vas-y, fonce! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher." Plus sérieusement, jamais je n'aurais imaginé aller arbitrer à l'étranger, et pourtant...


Merci, félicitations et bonne suite!

88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout